SOLIDAIRES
Nous rejoindre Journalistes Membres
Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Solidaires Meurthe-et-Moselle - 54

Bure : pressions policières et répressions violentes tout l’été : abattons l’Etat policier, CIGEO au trou

VAGUE DE PERQUISITIONS à Bure, à Luméville et dans 3 domiciles privés à Commercy, Mandres et Verdun

Les opposants à la poubelle nucléaire de Bure appellent dés aujourd’hui et dans les jours à venir à des rassemblements de soutien partout en France devant les Préfectures. Une conférence de presse commune du mouvement de résistance se tiendra le jeudi 21 septembre à 11h.

POINT INFO À 7H
Depuis environ 6h20 du matin les flics ont encerclé Bure et perquisitionnent la Maison de Résistance à Bure, la Gare de Luméville et 3 domiciles à Commercy, Mandres et Verdun soit environ 150 gendarmes déployés sur un rayon de 90 kms.
À la Maison de résistance à Bure, ils ont une commission rogatoire suite à une action sur l’hôtel-restaurant du laboratoire de l’ANDRA en juin dernier. Ils sont une quarantaine dont le commandant Bruno Dubois et le procureur de Bar-le-Duc. Ils sont rentrés au pied de biche et ont pété la porte d’entrée. Ils ont relevé l’identité des gens présents. Ils fouillent les placards avec un chien. Ils ont aussi forcé les camions et les caravanes garés sur le terrain.
À Luméville, il y a une quinzaine de gendarmes, le procureur et des flics avec des chiens anti-drogue. Ils cherchent de la drogue mais n’ont trouvé pour le moment que ... une paire de menottes cassées …
À Commercy, ils sont arrivés également à 6h et ont saisi un ordinateur, un disque dur et un téléphone portable. À Mandres, ils ont perquisitionné un appartement et saisi des livres d’autodéfense juridique et le manuel « Face à la police, face à la justice » : de bien belles pièces à conviction pour justifier une opération foireuse dans un pays démocratique. Des barrages et des contrôles aussi sont en place à Ribeaucourt et à Mandres.
Tout ça montre à quel point la Préfecture et l’État sont engagés dans une stratégie de la tension à Bure visant non seulement les militants mais aussi toute la population. Il y a quelques jours, un jeune du coin, de 18 ans, a été arrêté et menotté par une patrouille en civil puis auditionné pour « violences volontaires » envers les forces de l’ordre, tout ça pour avoir réagi au harcèlement quotidien dont tous les citoyens sont victimes. Pourtant les agresseurs et ceux qui sèment la peur sont bien les flics et le préfet qui, le 15 août ont explosé le pied de Robin avec une grenade assourdissante et le dimanche 10 septembre conseillaient aux commerçants de Bar le Duc de baisser leurs rideaux suite à l’afflux massif de 50 manifestants contre la répression disproportionnée dont Robin est victime à vie ...

POINT INFO À 08H30
Plusieurs personnes auditionnées autour de Bure Zone Libre, dans la rue et dans la maison. Une personne est soit auditionnée, soit interpellée. Un gros camion blanc vient d’arriver : « On dirait qu’ils veulent vider toute la maison » témoigne une habitante. Les flics sont dans l’atelier et dans le bureau et récupèrent tout ce qui les intéresse pour justifier leur opération absurde.

POINT INFO À 10H30
Les opérations se poursuivent à la Maison de Résistance : 1 personne a été interpellée et embarquée ... pour vérification d’identité.
Perquisition sur le point de se terminer à la Gare de Luméville et dans les 3 domiciles privés.
Les flics ont saisi la quasi intégralité du bureau de Bure Zone Libre : des unités centrales, plusieurs écrans et la gigantesque photocopieuse qui servait à imprimer des tracts. C’est une saisie énorme !!!

Cette vague de perquisitions est une provocation supplémentaire pour essayer de pousser à bout l’opposition à la poubelle nucléaire, diviser, isoler, ... comme d’habitude.
La préfecture, l’ANDRA, l’Etat tentent par tous les moyens, à grands renforts de répression et d’opérations démesurées, d’escamoter la faillite technique, économique et sociale du projet CIGEO étrillé ces mois derniers sur le terrain, dans les prétoires et dans les rapports techniques.
Encore une fois, gageons que cette vague de répression aux relents nauséabonds :
- renforcera la lutte et cette solidarité qui tient chaud et dont tout le monde a bien besoin dans des moments extrêmes
- et acculera toujours plus l’Andra à une fuite en avant dérisoire, jusqu’à ce qu’elle s’enfouisse dans son propre trou.



Article publié le 20 septembre 2017


Contact

Pour joindre Solidaires 54 écrivez à :
solidaires54@gmail.com

Pour joindre les conseillers du salarié de Solidaires 54, cliquez ici...


Union syndicale Solidaires 54
4 rue de Phalsbourg
54000 Nancy
Tel : 03-83-35-01-48
Portable (24h/24h) : 07 83 08 49 13

MEDIATHEQUE